manga

Titre original : Kiryuu-sensei wa Renai ga Wakaranai. (桐生先生は恋愛がわからない) Genre(s) : Shojo : Comédie - Romance - Slice of Life Auteur : Ono Haruka État : En cours Studio/Éditeur : Akata Nombre d'épisodes : 5 Année de parution : 2018/05/03
Aromantic (love) story, un manga engagé sur tous les fronts

Aromantic (love) story, un manga engagé sur tous les fronts

Article écrit par Tetsuko

Aromantic (love) story est un nouveau manga édité par Akata qui, comme à son habitude, nous propose une histoire dépassant les clichés et permettant d’en apprendre un peu plus sur ce que ressentent les “minorités”. Que vous soyez concernés ou non par l’aromantisme, le manga devrait vous intéresser. 🙂

Pour commencer, je vais vous parler de l’aromantisme avant de rentrer en détail sur ce premier tome. Ensuite, je vous présenterai plusieurs aspects intéressants que j’ai ressenti en lisant ce tome. L’aromantisme n’est pas le seul sujet de ce récit, on retrouve aussi des messages féministes et LGBT+.

1. Aromantisme

Nous apprenons depuis petit que l’homme est heureux lorsqu’il vit en couple, qu’il doit trouver l’amour, comme tous ces contes où le prince cherche à charmer la princesse. On nous apprend que les relations romantiques sont une des clés du bonheur. Qui n’a jamais eu droit à la question “alors les amours” ? C’est un des piliers de notre société que l’on nous enseigne. Mais tout le monde ne ressent pas d’attirance romantique, et ce sont les personnes aromantiques, iels ne ressentent pas l’envie d’avoir une relation amoureuse et ne connaissent donc pas le sentiment de “tomber amoureux”. Vous pouvez lire cette courte description qui explique plus en profondeur l’aromantisme.

Dans ce premier tome, on suit la protagoniste Futuba Kiryû, 32 ans, une autrice de mangas shônen. Ces derniers traitent des relations sociales et l’auteure s’engage à dénoncer les problèmes de la société. Comme on aurait pu s’en douter, ses mangas font un flop. Afin de rattraper ce manque de succès, on lui propose d’écrire un manga de comédie romantique avec un héros ayant un harem de filles. Un énorme défi pour la mangaka qui n’est jamais tombée amoureuse et qui ne s’y intéresse pas !

Malgré son incompréhension sur l’amour, Futuba va faire cette série et est motivée à comprendre ce que veut dire “être amoureux”. Contre toute attente, son manga trouve un succès immédiat !

Ce premier tome permet déjà de comprendre les points de vues d’un.e aromantique sur l’amour, qui n’est pas forcément simple à comprendre pour une personne comme moi pour qui le sentiment amoureux est un pilier de vie. On retrouve plusieurs points comme la solitude, le fait qu’un.e aromantique est une personne affectueuse et qu’elle peut aussi avoir besoin d’attention. Les clichés sont aussi fortement mis en avant ainsi que les remarques blessantes que peuvent recevoir les personnes aro sur leur célibat.

2. Féminisme

Ce manga traite aussi de féminisme, la protagoniste dénonce l’idée qu’une femme a longtemps eu pour seul rôle de se marier et d’avoir un enfant, ce qui ne devrait pas être le cas aujourd’hui, une femme devrait être libre de choisir.

“On nous assène sans cesse qu’une femme pas amoureuse est forcément malheureuse”

On retrouve d’autres citations très prenantes qui font réfléchir sur la place de la femme dans la société. Surtout lorsque l’on sait que le Japon est encore très en retard sur les droits de la femme, on ne peut pas passer à côté de la force des messages laissés dans cet ouvrage ! D’autant plus que celui-ci date de 2015 et que les messages véhiculés sont toujours d’actualité.

3. LGBT+

Ce manga se révèle être très engagé dès le premier tome. Nous avons parlé de féminisme, d’aromantisme, mais il est aussi question des problèmes et clichés sur le quotidien des personnes LGBT+. Sans en dire plus pour ne pas spoil, cela en fait pour moi un manga complet et appréciable ! La protagoniste est sur tous les fronts et cela fait vraiment plaisir.

(On retrouve cependant de petites erreurs dans ce tome qui devraient être corrigées à la réimpression si le manga a du succès sur l’utilisation de certains termes).

4. Quotidien des mangakas

Le quotidien des mangakas est aussi finement mis en avant, on apprend l’organisation de leur travail, les réunions, ce qui les entoure, ce que je trouve aussi très instructif. On se retrouve directement pris dans sa vie quotidienne, on s’enrichie du travail d’un mangaka qui de plus est engagé sur des fronts politiques.

Mon avis personnel

Personnellement, je ne suis pas aromantique, mais étant très curieuse sur ce sujet j’ai décidé de découvrir ce manga. Sans surprise, je suis déjà convaincue par l’édition Akata et je n’ai pas été déçue par ce premier tome ! En plus d’avoir eu plusieurs découvertes, la volonté très militante de la protagoniste m’a touché. Lire ce récit a été un vrai plaisir étant moi aussi une personne engagée dans la vie quotidienne sur ces sujets.

Ce manga est sur un ton comique qui rend tout ça très léger, drôle, il traite les sujets sensibles avec délicatesse. Bref je ne peux que le recommander !

Les personnages sont rapidement attachants, la protagoniste est pour moi très bien travaillée, son militantisme est très touchant. Certains évènements ajoutent du piment à la situation et on veut savoir comment va évoluer l’histoire !! Cependant, j’ai aussi un peu peur de cette évolution, toujours un peu peur que le sujet ne soit finalement pas si bien traité, mais je vais continuer à faire confiance à l’éditeur et attendre patiemment la suite.

Au niveau des dessins, je les trouve très agréables, c’est simple à lire, c’est mignon, doux, léger, amusant, … bref pour moi un manga à ne pas louper si l’on est intéressés par les sujets présentés avec succès par le manga. Merci Akata encore une fois !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *